5ème étape – Linthal (GL) – Urner Boden (Uri)

5ème étape au départ de Linthal, toujours avec Stefano, les données de celle-ci : 16km, 1100mètres de montées, 400 mètres de descente.

Un mur se profil sur les premiers kilomètres et déjà la fatigue et la chaleur se font ressentir! Arrivé à Braunwald, Stefano décide de redescendre et de se rendre à Zurich pour renvoyer une partie de son sac chez lui car trop lourd, je continue donc seul l’étape qui sur sa deuxième partie paraît plus simple.

C’est effectivement le cas, même si la température rend chaque étape un peu plus compliquée que ce qu’elle est sur le papier.

Le dernier bout de l’étape se fait dans une vallée (Urner boden), le village d’Urner Boden se trouvant tout au fond, en suivant une magnifique rivière dans laquelle je fais trempête ! Je croise pleins de camping cariste et ça me rappelle doucement que celà ne fait pas longtemps que j’ai mis cela de côté et pourtant cela me paraît déjà très lointain… C’était donc une bonne décision.

Je continue à longer le ruisseau, alors qu’un panneau indiquant urner boden était mis au tout début de la vallée, je mets 1h30 à finalement arriver audit village et à la fin de l’étape, usant psychologiquement de croire que j’y suis alors que je n’y suis pas. Je suis lessivé et les problèmes d’estomac sont visiblement toujours là… Etant en pleine forme en début d’étape, j’ai décidé de réservé mon hôtel un peu plus loin que la fin réelle de l’arrivée de l’étape afin de prendre de l’avance, mais vu mon état, ce ne serait pas sage de pousser jusqu’au Klaugenpasshohe, surtout qu’il s’agit d’environ 2 à 3h de montées sèches ! Je décide donc de prendre le bus et de rejoindre Stefano qui m’attend en haut. Durée de l’étape : 6h25 ! Je crois enfin avoir compris d’où venait les problèmes que je rencontre grâce à Vincent, merci !! Premier test demain lors de l’étape 6! 

2 responses to “5ème étape – Linthal (GL) – Urner Boden (Uri)

  1. Très intéressant ton récit des 5 premières étapes et les photos sont magnifiques (entre autres, celle du papillon sur ton t-shirt : géniale). Quels beaux paysages, mais ils se méritent. Des parcours aussi longs et escarpés par cette chaleur, ce doit être très pénible. Et en plus en n’étant pas toujours en grande forme, il faut vraiment le faire. Quelle volonté, un tout grand bravo ! Et un grand merci pour le partage, c’est un vrai plaisir de te lire.

    1. Un tout grand merci pour le commentaire, oui les paysages se méritent, dès fois le bus ou le télécabine qui arrive en même temps au sommet, c’est pas forcément motivant, mais ça forge le mental

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *